Nouveau Pôle industriel de Petit-Couronne : un avenir et des emplois à la clé

0 commentaire Le par

J'étais vendredi matin à la Préfecture de Région aux côtés de Guillaume Bachelay, Député de la 4ème circonscription de Seine-Maritime, Frédéric Sanchez, Président de la Métropole Rouen Normandie, Nicolas Rouly, Président du Département de Seine-Maritime et Dominique Randon, Maire de Petit-Couronne, pour participer au comité de pilotage pour le repositionnement du site Petroplus de Petit-Couronne. Ce comité, mis en place par le Gouvernement en avril 2013, devait répondre à trois objectifs : parvenir à un plan de sauvegarde de l'emploi du meilleur niveau pour les salariés de la raffinerie Petroplus (ce qui a été fait), sécuriser le site et ses installations (fait également), et trouver un avenir industriel au site. C'est

Pétroplus: le combat pour le repositionnement industriel du site continue

0 commentaire Le par

Dans un post précédent j'avais écrit que nous, socialistes haut-normands, étions solidaires des salariés de la raffinerie 'Pétroplus' de Petit-Couronne "hier, aujourd'hui et demain". Cela s'est vérifié ce lundi matin. Avec mes collègues et amis Guillaume Bachelay, député de la circonscription, Frédéric Sanchez, Président de la CREA, Dominique Randon, Maire de Petit-Couronne, Didier Marie, Président du Département de Seine-Maritime, Yvon Robert, Maire de Rouen, j'ai participé à la première réunion du comité de pilotage de 'repositionnement du site Petroplus à Petit-Couronne', à la préfecture de Haute-Normandie à Rouen. J'y représentais la Région, en tant que Vice-président chargé de l'emploi

Pétroplus: solidaires hier, aujourd’hui, demain.

1 commentaire Le par

J'étais ce matin devant le tribunal de commerce de Rouen, avec les Pétroplus. Le Tribunal a rendu son verdict: il a jugé qu'aucune des offres déposées ne présentait les garanties industrielles et financières nécessaires. Comme je l'avais évoqué dans un post le 5 février dernier, ces garanties étaients indispensables pour assurer une reprises durable du site et des emplois. Le Tribunal a jugé qu'elles n'avaient pas été fournies. Comme l'a indiqué l’avocat de l’intersyndicale, Jean-Marie Valentin, « malheureusement, les repreneurs n’ont pas été en mesure de lever les ambiguïtés » de leurs offres. Depuis seize mois, avec de nombreux élus locaux au premier rang desquels

Pétroplus: l’espoir, la volonté, la responsabilité

0 commentaire Le par

Comme beaucoup d'élus, militants, sympathisants, citoyens Haut-Normands Seinomarins ou Eurois, j'étais ce midi devant la raffinerie de Petit-Couronne pour soutenir les salariés de Pétroplus. Depuis octobre 2011, près de 18 mois, nous sommes à leurs cotés. Hier, aujourd'hui et demain, nous sommes et restons mobilisés. L’objectif premier n'a pas changé: la reprise industrielle du site pour sauvegarder les emplois, directs mais aussi indirects. Ce soir, c'est l'espoir. Plusieurs offres ont été déposées. Elles doivent toutes être examinées avec le plus grand sérieux et le plus grand intérêt. Depuis mai dernier et encore aujourd'hui, les équipes du Gouvernement -en particulier celles du Ministère du Redressement Productif qui font un travail remarquable, aux

« Nous, Haut-Normands, sommes tous des Pétroplus »: intervention au Conseil Régional lundi 22 octobre

0 commentaire Le par

Monsieur le Président, Chers collègues, La séance d’aujourd’hui s’ouvre dans un climat de gravité, qui invite à la responsabilité. Mardi dernier, le Tribunal de commerce de Rouen prononçait la liquidation de la raffinerie Pétroplus de Petit-Couronne. C’est un coup de massue, pour les salariés et leurs familles, pour les sous-traitants qui vivent de l’activité du site, pour l’emploi dans la région. La première fois que l’intersyndicale Pétroplus alertait les pouvoirs publics, c’était ici, au siège de la Région, il y a un an. Aujourd’hui, c’est toute la Haute-Normandie qui est solidaire, qui salue le combat exemplaire des 550 salariés et de leurs

Les derniers contenus multimédias