Face à l’Île-de-France, Hervé Morin aux abonnés absents

0 commentaire Le par

Un événement aussi saugrenu qu’inquiétant est passé presque inaperçu la semaine dernière. Dans l’Orne, à Vimoutiers, la présidente de la région Île-de-France (!) Valérie Pécresse tenait jeudi 25 août une réunion publique sur « les liens entre la Normandie et le territoire francilien ». Vallée de la Seine, Liaisons ferroviaires Paris-Normandie, développement industriel, enseignement supérieur, recherche, tourisme, culture… Les enjeux stratégiques ne manquent pas. Il y avait 200 personnes… Mais pas d’Hervé Morin. Le Président de la Région Normandie était… ailleurs.

Bien sûr, pour se rattraper, une réunion de travail (mais pas publique cette fois…) était montée en catastrophe mardi dernier à Paris, afin de donner le change et afficher une entente de façade entre ces deux personnalités de la droite. Qu’en est-il sorti ? Rien. Aucun engagement. Aucune annonce. Pas de déclaration conjointe; pas même un communiqué de presse.

Pourquoi ? La vérité est simple: l’Ile de France méprise la Normandie, et le Président Hervé Morin, aux abonnés absents, se couche.

Car les positions de Valérie Pécresse, très clairement exprimées à Vimoutiers, sont plus qu’inquiétantes pour les Normands. Développement de la vallée de la Seine, coopération avec l’agglomération havraise, la métropole rouennaise, les territoires séquaniens ? C’est niet ! Ligne Nouvelle Paris Normandie, financement des travaux entre Paris et Mantes pour désengorger ce bourbier ferroviaire qui pourrit la vie de milliers de Normands tous les jours et handicape lourdement les ports de Rouen et du Havre sur le fret, construction d’une gare à La Défense qui permettrait aux Normands plus facilement à ce grand quartier d’affaires et à terme à l’aéroport de Roissy ? C’est niet à nouveau ! « Il n’y a pas d’argent, et de toute façon ce n’est pas ma priorité », a déclaré la Présidente francilienne, qui détient pourtant une bonne part des crédits nécessaires à tous ces projets.

On attend d’un Président Normand qu’il défende les intérêts… des Normands ! En 2015, Laurent Beauvais et Nicolas Mayer-Rossignol avaient obtenu auprès du Président francilien d’alors, Jean-Paul Huchon, et de l’Etat, un engagement pluriannuel pour la vallée de la Seine représentant 1 milliard d’Euros d’investissements. C’est ce contrat interrégional -le CPIER- qui finance aujourd’hui la quasi-totalité des grands projets de Vernon au Havre, d’Evreux à Caen et Cherbourg. Une dynamique était en marche. Depuis huit mois, elle a disparu.

Avec une Ile de France méprisante et un Président Hervé Morin aux abonnés absents, les Normands ont malheureusement des raisons de s’inquiéter.

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

"Rassembler toutes les forces Normandes" Mon intervention en séance plénière régionale lundi 16 octobre 2017 Monsieur le
Le par
"Trois propositions pour faire avancer la Normandie" Mon intervention en séance plénière régionale lundi 26 juin 2017
Le par

Les derniers contenus multimédias