« La Normandie est réunie, elle doit maintenant être rassemblée »

0 commentaire Le par

imageLors de la séance inaugurale de la Région Normandie hier, je suis intervenu pour rappeler les enjeux de la nouvelle collectivité régionale. Voici ce que j’ai dit:

Monsieur le Président,

Chers collègues,

Monsieur le Président, je vous adresse, au nom de l’ensemble des élus de notre groupe, nos félicitations républicaines pour votre élection. Les urnes ont parlé. Celles de la Normandie, les 6 et 13 décembre dernier, et celle de notre assemblée à l’instant. J’en retiens trois enseignements.

Le premier est malheureusement celui de l’abstention. Si l’on peut se réjouir que la participation ait significativement augmenté au deuxième tour le 13 décembre, rappelons que plus de 40% de nos concitoyens, et même plus de 50% au premier tour, n’ont pas jugé utile de voter pour cette élection, pourtant historique, la première à l’échelle de la Normandie, et ce un mois à peine après les attentats du 13 novembre 2015. Cela renseigne sur la défiance profonde qu’ils éprouvent envers les élus, et cela invite chacun de nous à l’humilité et à la réflexion sur les moyens de renouveler, de susciter à nouveau l’intérêt pour notre vie démocratique.

Le second enseignement, c’est le score de l’extrême-droite. Pour un scrutin de ce type, il n’a jamais été aussi élevé, dans notre région comme dans beaucoup d’autres. Dans plusieurs communes normandes de taille importante, je pense à Gisors, aux Andelys, à Gournay en Bray, ce n’est pas vous, Monsieur le Président, ni nous, qui sommes arrivés en tête, mais bien l’extrême droite. Tous les responsables publics – mais également la presse et les autres forces vives de notre Région – doivent s’interroger sur le danger que représente cet extrémisme et les moyens de le faire reculer durablement. Pour ma part cela renforce les convictions que j’ai exprimées tout au long de la campagne: sur le fond, l’attention à l’équilibre des territoires, les grandes agglomérations que vous avez citées mais aussi Cherbourg, Alençon, Evreux, Dieppe, Vire, au vivre-ensemble, aux services publics, en particulier dans nos campagnes et dans les lieux où les habitants nous disent se sentir oubliés, parfois abandonnés. Sur la forme, le besoin d’un profond renouvellement des pratiques politiques : respecter scrupuleusement les règles concernant la déontologie et le non-cumul des mandats (à cet égard…). Ne pas considérer la politique comme un métier, mais d’abord comme un engagement. Dire ce que l’on fait, faire ce que l’on dit.

Le troisième message des urnes, c’est bien sûr l’émergence d’une majorité nouvelle pour diriger la Normandie, émergence dans des conditions qui sont, à plusieurs égards, exceptionnelles.

Exceptionnelle parce que depuis le 1er janvier, la Normandie est réunie. Nous le devons au Président de la République François Hollande, au Gouvernement de Manuel Valls, au Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve qui a porté la loi, ainsi qu’à ceux des parlementaires, ils ne sont pas si nombreux en Normandie, qui l’ont voté.

Nous le devons aussi, et je veux les en remercier devant vous, au Président Laurent Beauvais, à l’ensemble des élus régionaux Haut et Bas-Normands des précédentes majorités, aux membres des deux CESER dont je salue les membres, puisque vous ne l’avez pas fait, et notamment Gérard Lissot qui je crois est dans la salle, ainsi qu’aux agents des deux administrations régionales qui aujourd’hui n’en font plus qu’une. Pendant près de deux ans, nous avons consacré toute notre énergie à préparer cette échéance. Afin que le nouveau Président de Région et son assemblée trouvent une collectivité immédiatement opérationnelle, aux finances saines, capable d’investir puissamment. C’est chose faite. La dette de la Région Normandie est la plus faible de France. Les coûts de fonctionnement sont maîtrisés. L’investissement est au rendez-vous, notre collectivité est le premier investisseur public local. L’harmonisation des politiques régionales a été largement entamée et dans de nombreux domaines, la réunification est déjà effective.

Je tiens à saluer particulièrement, ce que vous n’avez pas fait et nous le regrettons vivement, tous les agents régionaux, des sièges à Caen et Rouen mais également dans les lycées, pour le travail fourni ces dernières années, dans un état d’esprit exemplaire. Les Normands ont la chance de pouvoir compter sur une administration qui a fait la démonstration de sa qualité et de sa compétence. Monsieur le Président, des mots inutilement caricaturaux et blessants, sur une prétendue ‘suradministration’ et un ‘sureffectif de 500 agents’ ont été prononcés pendant la campagne électorale. Nous attendons que vous les corrigiez, dans les paroles et surtout dans les actes. L’inquiétude est grande, notamment à Rouen mais pas seulement. Il est pour notre part primordial que le service public régional continue d’être défendu et conforté, en veillant à l’équilibre des territoires, en particulier entre Caen et Rouen, et à la proximité. Orne, Manche, Eure, Calvados, Seine-Maritime: la Région doit être partout, au service de tous.

Le caractère exceptionnel des conditions dans lesquelles la nouvelle majorité régionale prend ses marques aujourd’hui, concerne aussi le résultat de l’élection elle-même. Les chiffres, incontestables, parlent d’eux-mêmes : en 2010 en HN et BN, les majorités issues des précédentes élections régionales étaient en tête de plus de 138000 voix. En 2016, la nouvelle équipe est majoritaire, paradoxalement, avec 370000 voix de moins que la somme de ses minorités et n’était en tête le 13 décembre que dans 10 des 50 plus grandes communes normandes.

Pour ma part je remercie le près d’un demi-million de Normands qui ont choisi de voter pour le large rassemblement que j’ai porté et que je continuerai, avec la même détermination et le même enthousiasme, de porter dans les années à venir. Je salue également nos partenaires, radicaux, écologistes, progressistes, du front de gauche. Nous avons certes perdu, mais à 4709 voix du vainqueur sur près de 2,4 millions d’inscrits. Soit moins de 0,2%. Les Normands ont voté comme des… Normands. Ce score nous oblige. Il oblige également la nouvelle majorité régionale qui, je le souhaite et l’espère, saura pleinement tenir compte du fait que les Normands ont quasiment autant voté pour vous, Monsieur le Président, que pour nous. Ce ne sera pas le moindre de vos rôles, Monsieur le Président, que de veiller à cela durant l’ensemble du mandat. Cela suppose de mener une action qui tienne pleinement compte des attentes ainsi exprimées, car elles sont infiniment plus nuancées que la victoire d’un camp sur un autre. Cela suppose d’en tenir également compte dans la juste représentation de notre groupe au sein des différents organes internes à la Région, ainsi que dans les organismes extérieurs. C’est dans cet état esprit, à la fois constructif mais également vigilant et exigeant, que nous acceptons qu’un membre de notre groupe préside la Commission des Finances, en conservant naturellement sa pleine liberté de parole et de vote.

La nouvelle majorité régionale dispose de ce que nous lui avons léguée : une collectivité en ordre de marche, une situation financière saine permettant de mener à bien les grands investissements programmés avec les partenaires de la Région pour les prochaines années. La feuille de route, que nous avons élaborée ces dernières années avec Laurent Beauvais et Alain Le Vern avant moi, est connue. Outre les deux Contrats de plan Etat-Région Haut et Bas-Normands, qui doivent continuer d’être mis en œuvre, la Normandie va recevoir un appui national sans précédent grâce au Contrat interrégional (CPIER) ‘Vallée de la Seine’ de près d’un milliard d’Euros supplémentaires. La Ligne Nouvelle Paris Normandie, mais aussi Serqueux-Gisors dossier sur lequel une position claire et cohérente de votre majorité est attendue, les grandes opérations d’aménagement portuaire, la transition écologique et énergétique, les énergies marines renouvelables que vous n’avez pas même mentionnées dans votre discours, et plus largement la politique maritime et la pêche, le soutien à la Communauté Universitaire d’enseignement supérieur et de recherche, le développement touristique et culturel, en constituent l’ossature pour les six années à venir. C’est le premier Contrat de Plan Normand.

Bien d’autres chantiers sont d’ores et déjà engagés. Les politiques territoriales avec les Pays, la Métropole et les Agglomérations sont pour l’essentiel définies. La plupart des contrats sont signés. Inutile de réinventer la roue. Le modèle coopératif du ‘276’ avait fait la démonstration de son efficacité et pourrait utilement, nous le proposons, être étendu à l’échelle normande. En matière d’Education, la plupart des lycées normands ont été rénovés ou sont en passe de l’être. Les filières économiques et les pôles de compétitivité, de l’aéronautique aux biotechnologies, de la silver économie à la filière équine, sont structurées, tout comme les grands réseaux de recherche dont vous avez omis de parler. La Région soutient la Culture, le Sport, la vie associative partout en Normandie. Nous espérons que cela perdurera. Les programmes de gestion des fonds européens sont d’ores et déjà adoptés et à la disposition des acteurs normands. En matière d’attractivité enfin, de nombreux projets pourront voir le jour dès l’année prochaine : le classement des plages du débarquement au patrimoine mondial de l’Unesco, avec l’appui décisif du Président de la République ; le grand départ du Tour de France au Mont Saint Michel et dans la Manche, une nouvelle édition du Festival Normandie Impressionniste, des concerts gratuits de la Région (que nous vous demandons de maintenir en levant l’ambiguité que vous entretenez dans la presse ce matin), le 950ème anniversaire de la bataille d’Hastings… Franchement, je ne suis pas certain que l’on ait besoin d’une nouvelle agence pour valoriser la bataille d’Hastings… Sans oublier la préparation du 500ème anniversaire de la Ville du Havre, en 2017, et, à plus long terme, l’Armada ainsi que le 75ème anniversaire de Débarquement, en 2019. Tous ces projets, vous ne les avez pas même évoqués. Avec Laurent Beauvais nous avons souhaité que la Région soutienne massivement tous ces événements. Parce que c’est l’intérêt de la Normandie. Parce que c’est l’intérêt de tous les Normands.

Monsieur le Président la Normandie a besoin d’un cap. Nous attendons que vous le fixiez. Elle a besoin d’action rapide dans de nombreux domaines, que vous avez malheureusement omis ce matin. Nous souhaitons que vous vous engagiez sans délais et que vous poursuiviez les actions que je viens d’évoquer, et beaucoup d’autres. Si l’agence économique que vous souhaitez mettre en place est la panacée, nous verrons ses résultats sur Sidel, Chapelle Darblay, Le Chameau… N’oublions pas non plus que les Régions en Europe, en France, et notamment celles qui ne fusionnent pas, qui ne connaissent pas d’alternance politique, ne nous attendent pas. Tout remettre en cause, comme certains de vos propos de campagne, et jusqu’à ce matin dans la presse, le laissent entendre, ce serait perdre du temps. Nos entreprises, nos artisans, nos associations, nos chercheurs, nos acteurs de l’économie sociale et solidaires -mots absents de votre discours liminaire, tout comme les mots ‘ouvriers’ et ‘salariés’-, nos enseignants, nos jeunes, n’ont pas de temps à perdre.

Monsieur le Président, la Normandie est réunie. Elle doit maintenant –ce n’est pas la même chose- être rassemblée. Les résultats du scrutin régional vous donnent la légitimité pour mener cette tâche. Ils montrent aussi que vous ne pourrez l’accomplir sans nous. Car le vrai rassemblement est incompatible avec la revanche. Soyez assuré que les élus de notre groupe mèneront une opposition constructive et exigeante, ferme sur nos valeurs, toujours guidée par l’intérêt général. À notre place, nous continuerons d’agir au service de tous les Normands. Eux et eux seuls, à terme, jugeront.

Je vous remercie.

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

"La Normandie est terre de mesure et d'ouverture, elle n'a rien d'identitaire" Mon intervention en séance plénière
Le par
"Rassembler toutes les forces Normandes" Mon intervention en séance plénière régionale lundi 16 octobre 2017 Monsieur le
Le par

Les derniers contenus multimédias