Nous rassembler pour servir tous les Normands

0 commentaire Le par

(c) David Morganti

(c) David Morganti

Séance plénière du Conseil Régional – 12 octobre 2015

*****

Intervention de Nicolas MAYER-ROSSIGNOL

Président de la Région Haute-Normandie

Mesdames, Messieurs, Cher(e)s collègues,

Avant d’entamer les travaux de notre assemblée, je salue les élèves du lycée Bartholdi à Barentin, leur Proviseur Sophie Perrat et leur Proviseur-Adjointe Stéphanie Lefrançois, les équipes enseignantes et Personnels Techniques du Lycée, présents aujourd’hui et qui prépareront le déjeuner qui nous sera servi ce midi.

Cette séance est particulière : en plus d’être la dernière de la mandature, elle est aussi la dernière de la Haute-Normandie dans sa configuration actuelle. Le sujet de la réunification de la Normandie est un sujet ancien, dont on a beaucoup parlé, qui traversait les différentes formations politiques et les différents territoires. Après un demi-siècle de séparation, par la volonté du Gouvernement et des parlementaires de la majorité nationale, les deux Régions normandes ne feront plus qu’une dans un peu plus de 80 jours.

Depuis 18 mois, avec Laurent Beauvais, nous nous sommes engagés à mettre en œuvre cette réforme territoriale majeure pour les Normands. Nous nous sommes lancés dans ce chantier parce que nos concitoyens ont besoin d’une Région forte qui défende l’emploi, dans les secteurs de l’industrie, de l’agriculture, de la pêche, du tourisme ; une Région qui conforte les services publics partout sur son territoire, qui soutienne les bassins industriels, qui développe la formation, les transports ; une Région qui investisse à la ville comme en milieu rural, qui soutienne tous les bassins de vie, et tous les Normands.

Si la Région Normandie sera réalité dans quelques semaines, sa mise en œuvre est déjà effective et se traduit par des actions concrètes. Au-delà des chantiers en matière d’organisation pour assurer la continuité du service public engagés par les deux administrations régionales. Je voudrais saluer, en notre nom à tous, les agents pour ce travail engagé depuis longtemps qu’ils ont mené avec un état d’esprit exemplaire. Je voudrais les en remercier très chaleureusement. Nous pouvons nous appuyer sur une administration qui a fait la démonstration de sa qualité.

Nous avons pris les décisions nécessaires pour rapprocher les politiques publiques prioritaires. Je pense à la formation avec la création dès cette année d’un Service Public Régional de l’Orientation (SPRO). La priorité est de travailler avec tous les acteurs pour offrir un service plus efficace et plus lisible à l’échelle normande.

Je pense aux transports, avec depuis le 1er septembre 2015 des nouvelles tarifications valables entre Rouen et Caen en particulier pour les jeunes mais aussi les salariés.

Je pense également au renforcement dès l’année prochaine des allers/retours entre Rouen et Caen.

Je pense au domaine industriel, avec la première réunion le 23 septembre dernier de l’ensemble des acteurs économiques, de la recherche, de l’enseignement, de la formation, des collectivités locales, des Agglomérations, des Départements, de l’Etat autour des énergies renouvelables. Tout le littoral normand était réunit pour réussir ensemble cette transition énergétique par la preuve dans ce domaine stratégique pour la lutte contre le changement climatique, sujet d’actualité en 2015 avec la conférence de Paris, mais stratégique sur le plan économique pour les emplois. Je pense en particulier à nos PME sur tout le territoire normand.

Je pense aussi à l’éducation et aux lycées avec la convergence des deux dispositifs Carte Région en Haute-Normandie et Cart’@too en Basse-Normandie, pour l’achat des manuels scolaires et l’accès aux loisirs (augmentation de crédits sur la Carte Région). Cette mesure est un plus pour les 150 000 jeunes normands (lycéens, apprentis, étudiants de première année) qui en bénéficient, ainsi que leur famille.

Je pense aussi aux aides aux entreprises avec la mise en convergence des dispositifs existants, la création d’un Fonds régional normand pour l’innovation, l’organisation des aides pour les deux Régions, nous allons avancer sur la recapitalisation d’un nouveau fonds à travers Normandie Capital Investissement.

Je pense enfin à d’autres chantiers en cours (les bourses de formations paramédicales/sociales, la rémunération des stagiaires de la formation professionnelle, les dotations globales de fonctionnement des lycées, les tarifs de restauration dans les lycées).

Pour tous ces sujets très concrets, essentiels pour nos concitoyens nous avons mis notre nouvelle Région sur les rails.

Enfin, afin de garantir l’égalité des citoyens sur un même territoire régional, la fusion des Régions doit se traduire, sur le plan fiscal, par l’harmonisation des taux de fiscalité et des exonérations appliqués sur le territoire de la nouvelle Région. C’est pourquoi j’ai souhaité que nous organisions une baisse d’impôts à travers l’exonération totale de la taxe sur l’immatriculation des véhicules propres. Vous voyez bien la logique qui est à l’œuvre, à la fois une exonération pour une harmonisation, puisque cette exonération était déjà appliquée en Basse-Normandie et une volonté d’amplifier notre politique en faveur des véhicules propres.

Il appartiendra à la nouvelle assemblée régionale issue des élections de décembre de poursuivre et amplifier ce travail que je viens de résumer avec l’appui des services régionaux.

Je remercie également le CESER et son Président Gérard Lissot, pour le travail effectué depuis 18 mois pour établir la feuille de route qui nous sert au quotidien.

Je crois que l’on peut dire qu’en Haute-Normandie nous avons pu bénéficier d’un apport constructif des travaux du CESER et que cela nous est particulièrement utile.

Au cours de l’été, plusieurs événements d’importance sont intervenus pour notre collectivité. Je pense bien sûr à l’adoption de la loi NOTRe, avec un renforcement des compétences de la collectivité régionale dans des domaines clés. On pourra trouver que le verre est à moitié vide, mais je retiens que la Région est conforté dans son rôle en matière économique, énergétique, de lutte contre le changement climatique, de transports, y compris les transports scolaires, et que ces avancées-là sont autant d’atouts pour notre nouvelle Région. D’autre part, le Préfet préfigurateur a annoncé le choix du chef-lieu provisoire de la Normandie. Nous avons délibéré là-dessus. Ce choix s’est fait sur la base de trois principes de bon sens : l’efficacité, l’équilibre, la proximité et ma volonté d’une répartition équilibrée, sans saupoudrage mais dans le respect des territoires, des différents services de l’Etat. Je pense au rectorat, aux différentes directions régionales, à l’INSEE, ainsi qu’aux douanes dont nous avons souhaité dès le départ avec un certain nombre d’élus locaux qu’elles soient fixées au Havre.

Il y a bien entendu dans l’organisation future des services de la Région une prérogative pour la prochaine assemblée. Ce n’est donc pas le jour aujourd’hui de débattre de cette organisation même si chacun connait les positions des uns et des autres. Je crois néanmoins collectivement éviter un écueil, celui de la division, des guerres de clochers -qui sont moins politiques que territoriales-, les oppositions stériles dont la Normandie a pâti depuis de très nombreuses années. Nous savons que nous pourrons nous appuyer sur des atouts complémentaires de territoire et qu’à chaque fois que nous avons fait vivre cette complémentarité, tous les territoires y ont gagné. Je pense aux exemples récents que sont l’obtention du label FrenchTech, au festival Normandie Impressionniste, aux pôles de compétitivité comme Move’o, à Normandie Capital Investissement, au Comité Régional de Tourisme, qui sont à l’échelle normande depuis longtemps. Tout cela a fait la démonstration de son intérêt pour tous les territoires. Et seule la collectivité régionale pourra demain jouer ce rôle d’impulsion et d’équilibre entre les territoires, en s’appuyant sur les élus locaux et l’ensemble des partenaires.

Vous connaissez ma méthode : dire ce que l’on fait, faire ce que l’on dit. Ces deux dernières années, de nombreux dossiers stratégiques se sont concrétisés et de nouveaux dispositifs ont été mis en place. Nous avons d’abord veillé à préserver la bonne gestion de notre collectivité : la dette et les dépenses de structure diminuent, l’investissement augmente, comme il avait augmenté l’année dernière.

Nous avons collectivement obtenu des engagements financiers significatifs de l’Etat qui sont désormais inscrits dans le Contrat Vallée de la Seine et dans le contrat de plan qui se traduisent déjà en actes concrets qui profiteront à tous les Normands. Lors de sa venue au Havre, le Président de la République a notamment insisté sur l’importance de la Vallée de la Seine, du port du Havre, du port de Rouen, du complexe HAROPA, qui représentent un moteur pour l’économie normande et française.

Je n’oublie pas les contrats de Pays, les Contrats d’Agglomération, de territoires, dont certains sont déjà signés, je pense à la métropole rouennaise, l’agglomération havraise, des Porte de l’Eure, au Pays de Bray. A chaque fois j’ai tenu à m’impliquer personnellement, à participer directement à ces discussions qui se sont fait dans le cadre de la démarche 276. Tout cela témoigne du sens de l’intérêt général et de l’utilité de ce rassemblement 276, dispositif qui a largement fait la preuve de son efficacité sur l’ensemble du territoire et dont j’ai souhaité qu’il soit demain étendu à l’échelle de la Normandie.

Au chapitre des grands projets, des avancées majeures ont également été confirmées avec le financement des études, et des premiers travaux dans le cadre du projet EOLE, pour la Ligne Nouvelle Paris Normandie. Projet qui ne se fera pas demain mais qui doit faire l’objet d’un rassemblement, d’une détermination sans faille de l’ensemble des acteurs normands car c’est là l’intérêt de tous les Normands. Nous avons également investi dans les trains, 80 millions d’euros pour l’achat de Régiolis, mis en service sur la ligne Rouen-Dieppe en septembre dernier. Dans le même temps, nous poursuivons notre engagement sur des lignes structurantes à l’échelle des territoires sur les lignes Abancourt-Le Tréport et Fécamp-Bréauté, qui sans l’intervention de la Région seraient aujourd’hui sans avenir, à la mise en place d’un atelier de maintenance sur le site ferroviaire de Sotteville, à la création de pôles d’échanges multimodaux, rénovation des gares, partout en Normandie (Bernay, Blangy-sur-Bresle, Yvetot, Auffay, Val-de-Reuil…) A chaque fois la Région s’engage, au-delà même de ses compétences, avec la volonté de faire concrètement et utilement. Nous avons agit de manière concertée en partenariat avec d’autres collectivités, je pense en particulier aux Départements.

De ce point de vue-là je regrette très profondément que les Départements fassent le choix, quelques mois après l’alternance, de se désengager sur des projets d’intérêt général et essentiels pour le quotidien des Normands. Je pense aux bourses pour les étudiants eurois, à la Cité des Métiers, au 276 et au soutien qu’il permet –qu’il permettait- en direction des associations, notamment sportives.

Pour notre part, nous avons fait le choix de renforcer notre soutien sur un certain nombre de dispositifs : mise en place du Pass Région Mobilité Emploi pour faciliter les déplacements des jeunes en Emplois d’avenir et en Contrat d’accès à la qualification ; création du Pass Région Santé permettant aux jeunes d’accéder gratuitement et anonymement à un suivi médical ; participation au dispositif de Caution locative étudiante ; ouverture de nouveaux droits sur la Carte Région pour les stagiaires de la formation ; poursuite des travaux de rénovation dans les lycées, tout cela en direction de nos jeunes.

Sur le terrain de l’économie, la situation n’est évidemment pas satisfaisante. Elle ne l’est pas en Normandie, pas plus qu’en France ou en Europe. Néanmoins, l’action de la Région a été décisive, avec des partenaires locaux, dans de nombreux dossiers : Lucibel, Aircelle, Alpine, Isoplas, Sealynx, Copirel, M’Real, Manoir Industrie, Revima, Compin, Nutriset… Même si des difficultés importantes subsistent. Je n’oublie pas le combat des salariés, je pense à UPM, à WILD, Vallourec, Terranere, Metsä Wood. Nous devons rester modestes et en même temps viser l’efficacité à chaque fois que cela est possible, dans la limite des moyens régionaux, mais qui ont prouvé leur efficacité

L’attribution du parc éolien en mer du Tréport, après celui de Fécamp en 2012, est la concrétisation du travail effectué par la Région, avec ses partenaires, depuis plusieurs années pour développer cette filière. Cette décision s’inscrit pleinement dans notre ambition stratégique de faire de la Normandie une Eco-Région, et on voit bien la pertinence de cette ambition à l’approche de la COP21. Nous devons conserver cet esprit d’intérêt général pour le développement du parc du Tréport. Il y a des questions, des tensions, inutile de le nier, et des inquiétudes qui sont tout à fait compréhensibles et légitimes ; c’est à nous et en priorité à l’Etat d’y répondre. Mais la volonté des élus locaux et en particulier des élus régionaux doit être de faciliter le développement de cette nouvelle filière industrielle durable sur notre territoire parce que c’est un enjeu d’avenir pour l’ensemble de la Normandie.

Parce que je suis convaincu que la Normandie a besoin de plus de culture, surtout en ce moment, nous avons augmenté le budget consacré à la culture de 16% en 2015, renouvelé et renforcé notre soutien à de nombreuses structures. Non seulement aux grands événements, mais également aux acteurs de la culture qui sont partout sur le territoire normand et qui font vivre la Normandie telle qu’elle est et qu’elle se construit pour demain. Nous avons également œuvré pour faire vivre le tourisme, grand atout de la Normandie, domaine dans lequel la Basse-Normandie nous apporte beaucoup.

J’ajoute par ailleurs que nous soutenons l’organisation du Grand Départ du prochain Tour de France qui se déroulera au pied du Mont-Saint-Michel. Car le sport est un état d’esprit mais également une source d’emplois et de rayonnement pour tout le territoire.

C’est un honneur de servir les Haut-Normands. C’est une fierté de contribuer à faire la Normandie. Certains diront que nous ne sommes pas allés assez vite, que nous ne sommes pas allés assez loin. Les critiques seront peut-être d’autant plus grandes de la part de ceux qui n’ont pas agi. Pour notre part, j’ai la reconnaissance de l’action ; nous avons diminué l’endettement, nous avons augmenté l’investissement. Nous allons délibérer aujourd’hui pour baisser l’impôt régional, nous avons baissé les dépenses de structure, nous avons augmenté les dépenses pour la culture. Nous avons préparé, dans des conditions qui sont parmi les meilleures possibles en France, notre Région à relever les défis qui l’attendent dans les prochaines années. Je veux donc remercier tous les élus régionaux, remercier l’opposition, en particulier ceux qui ont siégé, pour leur contribution souvent au-delà des postures constructives et utiles à nos débats. Je veux également remercier notre majorité pour l’action qui a été menée, parce que nous avons su travailler ensemble, et en particulier les élus dont c’est la dernière séance plénière puisqu’ils ne se représentent pas au suffrage des Normands, et leur dire avec amitié la reconnaissance de notre collectivité pour le travail qu’ils ont fourni depuis plusieurs années.

Mes chers collègues, au-delà de nos débats, nous avons su travailler ensemble et je ne doute pas que nous saurons demain nous rassembler encore pour servir tous les Normands.

Je vous remercie.

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

"Rassembler toutes les forces Normandes" Mon intervention en séance plénière régionale lundi 16 octobre 2017 Monsieur le
Le par
"Trois propositions pour faire avancer la Normandie" Mon intervention en séance plénière régionale lundi 26 juin 2017
Le par

Les derniers contenus multimédias