« Dire ce que l’on fait, faire ce que l’on dit »: mon intervention en ouverture de la séance plénière régionale

2 commentaires Le par

Séance plénière du Conseil Régional – 04 novembre 2013

*****

Intervention de Nicolas MAYER-ROSSIGNOL

Président de la Région Haute-Normandie

Mesdames, Messieurs, Cher(e)s collègues,

Travail, écoute, terrain : tels sont les principes qui guident mon action de Président de Région depuis le 14 octobre.

Travail d’abord, pour une priorité : l’emploi, qui doit nous mobiliser tous avec humilité et détermination. Notre feuille de route est connue : c’est le contrat passé lors des élections régionales de 2010. Respecter ce contrat, c’est respecter le choix des Haut-Normands. Le mettre en œuvre, voilà ce à quoi nous travaillons.

Ecoute ensuite, parce que la Région ne fait jamais seule, toujours ‘avec’. Avec les collectivités : des réunions de travail se sont d’ores et déjà tenues avec les Présidents Destans et Marie avec qui nous poursuivrons le 276, démarche unique en France ; avec la CREA ; avec les parlementaires et, demain, tous les élus locaux qui le souhaiteront.

Avec la société civile : j’ai reçu Gérard Lissot, Président du CESER, dont le renouvellement aura lieu dans quelques jours.  Je tiens à saluer ici la qualité de notre collaboration et le travail effectué par les membres du CESER durant ce mandat. J’ai également reçu Monsieur le Préfet ainsi que le délégué interministériel au développement de la vallée de la Seine, avec lesquels nous avons préparé la première réunion des partenaires de ce grand projet qui, comme je l’avais proposé lors de mon élection, se tiendra ici-même dès vendredi.

Terrain enfin, car il n’y a pas d’écoute sans proximité. Je me suis rendu à plusieurs reprises dans l’Eure, mais aussi au Havre ou à Dieppe. J’ai visité six entreprises, PME, Entreprises de taille intermédiaire, sociétés d’économie sociale et solidaire. Echangé avec leurs dirigeants, leurs salariés. Testé notre dispositif Atoumod, là aussi unique en France. J’irai dès cette semaine dans un de nos lycées. Sur les dossiers d’actualité régionale, je suis intervenu auprès des dirigeants de l’Ecole Nationale Supérieure Maritime afin d’obtenir que la concertation avec l’ensemble des acteurs se tienne enfin. J’ai également convoqué le Directeur Régional de la SNCF à propos de la ligne Rouen-Dieppe, et je  le recevrai le 14 novembre.

*****

Chers collègues, nous allons débattre aujourd’hui des orientations budgétaires pour 2014, que présentera Marc-Antoine Jamet en préambule à l’élaboration du budget que nous examinerons les 16 et 17 décembre. Celui-ci s’inscrit dans un contexte que chacun connaît : le projet de loi de décentralisation ; le futur Contrat de Projets Etat-Région 2014-2020 ; le transfert à la Région de la gestion d’une grande part des fonds européens. Ce contexte nous invite à la vigilance, car les incertitudes sont nombreuses, mais aussi au volontarisme car il n’y a pas de temps à perdre.

J’entends ceux qui répètent, un peu mécaniquement, « Du souffle ! De l’ambition !». A ceux là je réponds, comme le disait Alain Le Vern : il n’y a pas d’ambition possible sans bonne gestion. Opposer les deux, c’est faire fausse route. Car c’est notre gestion saine, maîtrisée, rigoureuse du budget de la Région qui permet à la collectivité de dégager des marges de manœuvre -plus d’un milliard d’Euros d’autorisations de programmes- pour accompagner les territoires, dans l’équité et la solidarité, et être au rendez-vous des grands investissements : transports ferroviaires (un rapport à ce sujet sera présenté par Noël Levillain), lycées, formation professionnelle, accompagnement des entreprises, transition énergétique, rayonnement culturel et sportif… Demain comme hier, je tiendrai le cap de la bonne gestion, condition indispensable de l’ambition.

*****

Vous le savez, l’autonomie fiscale des régions est limitée à 10% de nos recettes. La fiscalité régionale concerne en particulier la carte grise. En Haute-Normandie son tarif est de 35 euros par cheval fiscal contre près de 40 Euros en moyenne nationale. Notre Région présente le 4ème tarif le plus bas de France. Pour 2014, je vous propose de maintenir ce tarif à son bas niveau actuel et de rester, donc, dans le peloton de tête. Je vous propose également que, pour la 11ème année consécutive, la taxe sur les permis de conduire soit maintenue à 0 Euros.

La bataille de l’emploi passe par la formation. Nous devons tout faire pour que les offres d’embauche qui existent soient pourvues. Le Premier Ministre a annoncé un plan national de 30 000 formations supplémentaires pour les métiers dits ‘en tension’. C’est une bonne chose. 900 places additionnelles seront ainsi ouvertes en Haute-Normandie. La Région en prendra directement en charge 250, en plus des milliers d’emplois d’avenir dont nous assurons la formation et des 450ME que nous investissons chaque année dans la formation professionnelle, l’apprentissage, l’éducation.

*****

La loi de décentralisation confirme le chef de filât de la collectivité régionale pour le développement économique. La Région peut désormais s’appuyer sur la Banque Publique d’Investissement qui, grâce au travail de nos parlementaires et en particulier de Guillaume Bachelay, est aujourd’hui opérationnelle. C’est pourquoi je vous propose d’améliorer les aides régionales aux entreprises avec deux objectifs : simplifier et accélérer. C’est l’objet du rapport que présentera Dominique Gambier. Des outils seront mis en commun avec la BPI pour mutualiser les procédures et raccourcir les délais. Les entrepreneurs veulent des réponses rapides et une seule instruction, pas deux. A l’appui de ce même rapport, deux documents importants vous sont soumis. L’un pour développer l’export des entreprises, des filières, des pôles de compétitivité car dans la mondialisation, notre capacité à nous tourner vers l’international est décisive. L’autre pour cibler les domaines d’activités prioritaires de recherche et d’innovation, éligibles aux financements européens dans le cadre du programme Horizon 2020.

 *****

 Au cours de notre séance nous débattrons du numérique, sur la base du rapport que présentera Mélanie Mammeri. Les enjeux du Très Haut Débit sont considérables pour les territoires : attractivité, compétitivité, égalité, cohésion sociale. Ce déploiement doit être réalisé de manière homogène et cohérente. La Région, en lien avec les Départements, doit répondre présent. Je vous propose de mobiliser jusqu’à 225 millions d’euros pour cet aménagement sur 15 ans, soit 15 millions par an. Nous serons ainsi la 1ère région à nous engager sur le Très Haut Débit à une telle hauteur d’investissement.

Dans un autre domaine décisif pour l’égalité des territoires, je veux parler de la santé, je vous propose que la Région participe au financement du projet de « centre de formation médicale » au CHU de Rouen. C’est l’objet du rapport que présentera Céline Brulin. Ce service de pointe, très rare en France, sera un outil stratégique d’excellence.

Enfin, j’ai indiqué dès mon premier discours mon ambition de faire de la Haute-Normandie une des premières Eco-Régions de France. La situation en matière de développement durable sera détaillée dans quelques instants par Véronique Bérégovoy. Avec les parcs éoliens en mer de Fécamp et bientôt du Tréport, la mise en place de la filière Energies, la transition énergétique de notre Région est en marche. Mais je souhaite que nous conservions un temps d’avance. Parce que la mer figure parmi nos plus grands atouts, je vous propose de lancer une la première étude sur le potentiel naturel et industriel de la Haute-Normandie dans les Energies Marines Renouvelables.

*****

Chers collègues,

Alain Le Vern avait une règle de conduite : dire ce que l’on fait, faire ce que l’on dit. Je la fais mienne. La feuille de route est tracée : développement de la vallée de la Seine, Ligne Nouvelle Paris Normandie, Contrats de Projets Etat-Région, contrats d’agglomération et de pays, filières d’excellence, transition énergétique, Eco-Région… Contre le chômage, personne n’a de formule magique. Et rien n’est pire, la droite l’a amplement démontré, que l’usine à promesses. Mais nous avons le devoir, collectif, d’être aux rendez-vous qu’attendent les Haut-Normands : rendez-vous de la lutte pour l’emploi, rendez-vous du pouvoir d’achat, de la qualité de vie, rendez-vous de la préparation de l’avenir. C’est ce que je vous propose aujourd’hui.

Je vous remercie.

Afficher les 2 commentaires

  • Bonsoir Jocelyne, J'ai lu ton message dans le détail. Je te comprends. La situation n'est pas facile. Il faut nous rassembler autour de cette bataille pour l'emploi et la formation. La Région en prend toute sa part, tu peux compter sur moi. Amitiés socialistes, Nicolas
    par nicolasmayer le 05/11/2013

  • Bonjour Nicolas , je viens de lire ton article "Dire ce que l'on fait, faire ce que l'on dit" je sais tes motivations pour la Région Haute Normandie , je sais qu'il va falloir à tout ceux qui sont d'usines fermés et ou rachetés mais lesquels ne reprennent pas forcément les employers de plus de 50 ans . Depuis plus d'un an déjà mon mari se bat pour des formations alors il est encore dans l'attente d'une nouvelle pour investir les central nucléaire, ou les nouvelles énergies nous ne savons pas encore si celles-ci vont être accepté par anciennement M'REAL qui honore toujours ces formations mais jusqu'à un certain point , il a tout fait les caces et autres , il travaille en intérim pour l'instant oui il a un métier de chaudronnier tuyauteur dans les mains j'espère que ces dernières formations qu'il veut faire pour pouvoir entrer dans les centrales ou autres vont être accepté car comme il a profité de faire tout ce qu'on lui proposait mais maintenant c'est lui qui propose c'est vrai qu'il à 52 ans pas toujours facile de trouver du travail mais quand on se démène comme il le fait pour ne pas sombrer d'autres n'ont pas la chance d'avoir comme lui un deuxième emploi dans les mains alors oui je pense aux double A qui repartent doucement oui je pense aux Pétroplus qui auront surement aussi des formations à faire et oui il faut que des écoles de formations soient ouvertes à tous sans exception car n'a t'on pas dit l'ancien doit aider le jeune ? mais à côté de sa de plus en plus de nos entreprises délocalisent alors travailler mais ou ? quand tu envois des tonnes de CV et que l'on te répond non trop vieux je suppose le profil ne correspond pas . Je suis en invalidité depuis le 1er Novembre mais même ayant acquis tous mes trimestres pour ma retraite je n'ai que 56 ans il faut que j'attende 60 ans pour ma retraite en ce moment je n'ai qu'un petit budget de 460 euros net mon mari ne travaille pas tout le temps on a passé pire je ne demande rien mais mes enfants qui ont des bagages et qui ne trouvent pas de travail ce n'est pas normal non plus j'ai une fille qui a BAC +2 en compta qui n'a fait que des cdd depuis plusieurs années qui a postulé dans des dizaines d'entreprises et qui attend toujours est ce normal ? une autre de mes filles qui a son bac et travaille pour la petite enfance n'a qu'un 20 h la semaine est-ce normal ? crois-tu que l'on fait faire des études à nos enfants pour qu'ils galèrent j'ai confiance en ce que tu dis je sais de quoi tu es capable mais j'avoue être dépité de tout ça . je te souhaite bon courage à toi je sais que tu arriveras dans ce que tu entreprends mais dit toi bien que si nous n'avons jamais baissé les bras d'autres ne sont pas dans notre cas et malheureusement et franchement je ne vois pas ou l'on va et combien y aura -t-il de chômeurs qui attendent pour du travail à qui sera ouvert ces lycées pour apprendre les métiers de l'avenir ? Excuse moi d'avoir été si longue j'espère que tu me liras et peut être tu m'en diras plus je ne dis rien à ma famille mais j'avoue que dans ma tête ça tourne . Amitiés Socialistes Jocelyne section Bondeville
    par Velfre le 05/11/2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

"Le Président de Région doit écouter et rassembler tous les Normands; en Normandie, on peut se
Le par
Même s'il faut évidemment rester encore prudent, car le chemin jusqu'à l'activité pérenne et aux emplois durables est encore
Le par

Les derniers contenus multimédias