« Contorsions et illusions: la droite, c’est Garcimore! » ; mon intervention au Conseil régional du 24 juin

2 commentaires Le par

Monsieur le Président,

J’ai une proposition à vous faire. En écoutant les interventions de la droite et de l’extrême droite, je me disais qu’il serait judicieux de tenir notre prochaine séance plénière au Cirque-théâtre d’Elbeuf. C’est dans notre Région le seul lieu à la hauteur des numéros de prestidigitateurs et de contorsionnistes auxquels nous venons d’assister.

Que la droite accuse la gauche de tous les maux au bout d’un an d’action, en oubliant de dire que c’est elle qui a dirigé le pays dix ans, pour moi cela n’est plus de la politique, c’est de l’illusion. Faire comme si le fléau du chômage était né le 6 mai 2012, comme si l’érosion de notre compétitivité datait du 6 mai 2012, comme si les déficits de l’Etat et du commerce extérieur étaient nés le 6 mai 2012, bref, comme si tous les malheurs de la France étaient apparus ce dimanche là, un peu comme le lapin sort du chapeau, franchement, ce n’est plus de la politique, c’est Garcimore !

Que la droite critique notre saine gestion du budget régional en oubliant qu’elle est responsable de l’explosion de plus de 900 milliards d’Euros de la dette nationale en dix ans, ce n’est pas sérieux.

Qu’elle pointe le niveau de chômage en oubliant qu’elle est responsable de la perte de 750 000 emplois industriels en dix ans, que le plus grand plan social, c’est la droite qui l’a conduit dans les services publics –Education, justice, sécurité-, ce n’est pas sérieux.

Qu’elle oublie que l’écart entre le taux de chômage national et le taux régional a plutôt diminué depuis 1998, ce n’est pas sérieux.

Qu’elle donne des leçons de dialogue social, qu’elle critique nos mesures pour les jeunes –emplois d’avenir, contrats de génération- quand elle a elle-même porté, en 2006, le tristement célèbre CPE qui a mis des millions de Français dans la rue, quand elle soutenait un gouvernement qui méprisait les corps intermédiaires, ce n’est pas sérieux.

Qu’elle ose parler de « paupérisation des fonctionnaires » quand elle a supprimé 80 000 postes dans l’Education nationale, ce n’est pas sérieux.

Qu’elle accuse aujourd’hui sur Pétroplus quand elle affirmait le 25 avril 2012 que « c’était réglé », qu’elle oublie de saluer nos résultats avec les salariés sur MREAL à Alizay, Sealynxà Charleval, Alpine à Dieppe, ce n’est pas sérieux. C’est de l’illusion. C’est de l’amnésie.

Ces illusionnistes, Monsieur le Président, sont aussi des contorsionnistes.

Car il faut beaucoup de souplesse, et peu de mémoire, pour parler de courage aujourd’hui quand on n’a pas eu soi-même le courage d’agir dix ans durant.

Oui, il faut être souple pour attaquer la majorité régionale avec la virulence de tout à l’heure, tout en reconnaissant, dans d’autres lieux, que la doctrine de la droite -je cite- « sent le renfermé », qu’il faut de l’humilité et qu’au fond, il n’est pas sûr que la droite aurait fait mieux.

Il faut être souple pour parler de révolution démocratique quand ses propres amis ontimposé la fusion de Bois-Guillaume et de Bihorel, au mépris du vote des habitants pourtant limpide. Heureusement, la justice est passée par là.

Il faut être souple pour lancer un appel à la révolution démocratique, dont je note qu’il n’est même pas soutenu par tous les parlementaires de la droite Haut-Normande- et dédaigner assister soi-même à l’intégralité des séances du Conseil régional dont on est élu.

Il faut être souple enfin pour critiquer, critiquer, critiquer, s’ériger en une sorte de Javel Lacroix de l’exemplarité, ets’apprêter à candidater aux élections municipales alors que le cumul de deux mandats locaux est interdit à un parlementaire.

A tous les contorsionnistes, à tous les Majax de l’hémicycle, nous répondons ceci :sortez des postures. Où sont vos propositions ? Si vous n’en avez pas, votez pour les nôtres! Votez pour les politiques régionales que nous proposons pour l’emploi, le développement économique durable, les projets d’avenir, au lieu de systématiquement voter contre ou vous abstenir. Ni au plan local, ni au plan national, l’esbrouffe UMP et le bluff FN ne font une politique.

Bref, pour espérer devenir, demain, audibles, commencez-par être, aujourd’hui, crédibles.

Afficher les 2 commentaires

  • Excellente intervention, tant sur le fond que sur la forme... La droite francaise a cette facheuse tendance á toujours rejeter la faute, ses fautes, sur autrui. Elle n´assume que ce qu´elle estime positive. Prenons le simple exemple de la derniere mandature (afin de ne pas trop saler la note), selon eux la gestion calamiteuse de la France provenait de la crise economico-financiere que traversait le monde. Faisant fi du rapport de la Cour des Comptes imputant de maniere directe á l´Etat les deux tiers du deficit, soit 600 milliards d´euros. Les seuls organes dont la gestion, bien que rudement bousculee, etait á la hauteur, et ce de facon indeniable, etaient nos collectivites locales et territoriales, á majorite de gauche. L´Etat decida alors de les malmener par une reforme institutionnelle, de les etrangler par la baisse de leurs dotations... Lorsque la droite se revele incapable sur le plan economique, sur le plan social, alors elle revet son veritable visage, son visage historique, non celui de l´autorite mais de l´autoritaire. Aujourd´hui, ayant perdu ses leviers, elle perd ses reperes. De fait, elle compense par la hargne, la calomnie, l´enfumage. Tente de lancer le discredit sur le gouvernement, la gauche en general. En realite, elle ne fait qu´alimenter le sien. Cependant, restons vigilants, ne sombrons pas dans la fosse de la politique politicienne, tenons-nous en aux grands projets projets sur lesquels les francais ont attribue leur confiance il y a un an de cela, redresser la France dans la "Justice" Ce sera lá une reponse bien plus eloquente que des discours de justifications n´ayant d´autre effet que d´accroitre leur visibilite! Evitons ce piege grossier et pathetique! C´est la logique actuelle du Parti Socialiste et de ses elus qui se battent au quotidien pour ce triptyque: emploi, competitivite et reduction de la dette publique!
    par Riou Alexandre le 27/06/2013

  • Bonjour Nicolas Et bien au moins tu as dit ce qu'il fallait maintenant c'est à nous tous engagés auprès du PS de se soutenir jusqu'au bout il faut que l'on gagne les municipal en grande majorité nous sommes tous les camarades derrière vous nos élus pour vous aider à aller jusqu'au vote et nous serons vainqueurs contre ces classes politiques qui sèment que du vent en croyant que la récolte sera sauvée après le passage de la tempête. Amitiés socialistes bon courage pour la suite jocelyne
    par velfre le 24/06/2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

"Rassembler toutes les forces Normandes" Mon intervention en séance plénière régionale lundi 16 octobre 2017 Monsieur le
Le par
"Trois propositions pour faire avancer la Normandie" Mon intervention en séance plénière régionale lundi 26 juin 2017
Le par

Les derniers contenus multimédias