« L’énergie est notre avenir, ne nous économisons pas »: ma tribune dans Paris-Normandie

0 commentaire Le par

Tribune parue dans le journal Paris-Normandie du 4 juin 2013

Un vaste débat sur la transition énergétique vient de s’achever*. C’est une première en France et dans notre région. Voulu par le Président de la République François Hollande, mis en œuvre par le Gouvernement et décliné par la Région en lien avec les services de l’Etat, il a mobilisé près de 1000 acteurs de notre territoire: citoyens, associations, collectifs, représentants des salariés, entreprises, collectivités locales, scientifiques… Avec le Président Alain Le Vern, ma collègue Vice-présidente pour l’Environnement Véronique Bérégovoy et tous les élus de la majorité régionale, nous sommes heureux d’avoir impulsé ce débat de haute tenue, étayé par des faits, ouvert et respectueux des opinions de chacun.

Energies! L’enjeu est décisif pour la France, il est stratégique pour la Haute-Normandie. Il ne s’agit pas d’ajuster à la marge, mais de changer de monde. Face à la précarité énergétique –six millions de Français peinent à payer leur facture de chauffage-, à l’augmentation du coût des énergies, aux graves difficultés que connaissent les salariés et l’industrie, au changement climatique et à ses irréversibles conséquences, à la raréfaction des ressources et aux risques géopolitiques qui en découlent, il nous faut aller vers un nouveau modèle de société, massivement réorienté vers des modes de production et de consommation plus sobres, plus économes, plus solidaires.

Ecartons un faux débat: transition ne veut pas dire régression. Nous ne croyons pas avoir fait suffisamment de chemin sur la voie du progrès qu’il faille désormais, sous prétexte de réduction des émissions de CO2, faire machine arrière ! L’objectif n’est pas la décroissance mais plutôt l’altercroissance. La transition énergétique est une source majeure d’emplois et de qualification pour les salariés, une opportunité de montée en gamme pour nos entreprises, un levier de redressement national et de développement durable pour notre région.

En Haute-Normandie, premier territoire ‘énergétique’ de France par l’emploi et l’activité, nous n’avons pas attendu pour agir. Dans le contrat passé avec les Haut-Normands lors des dernières élections régionales, Alain Le Vern a fait le choix de mettre les énergies au cœur de nos priorités. Nous avons créé comme nous nous y étions engagés le Chèque-Energies, coup de pouce pour financer diagnostic thermique, travaux de rénovation et réduire la facture énergétique. L’écologie que nous mettons en œuvre est positive, pas punitive. Nous avons engagé des travaux pour réduire les déperditions énergétiques dans les lycées. Construit le Pôle Régional des Savoirs, bâtiment basse consommation (BBC). Financé le développement de nouveaux services de transports en commun, la carte Atoutmod ou le tramway au Havre. Mis en chantier, avec la CREA, une pépinière d’entreprises de l’éco-construction. Contribué à la création d’une filière industrielle ‘Energies Haute-Normandie’ qui fédère les acteurs. Lancé, avec Guillaume Bachelay, un appel à projets de plusieurs dizaines de millions d’euros pour soutenir l’investissement dans les énergies renouvelables, l’éolien en mer et les énergies marines, la biomasse, le bâtiment et l’automobile du futur, le recyclage, les matériaux bio-sourcés.

Nous allons maintenant aller plus loin. Après l’adoption du Schéma Régional Climat Air Energie en mars, nous prendrons lors de la prochaine séance du Conseil régional, le 24 juin, une série de mesures concrètes pour donner corps à cette dynamique. Elles s’appuient directement sur les conclusions du débat régional. Parce que les collectivités doivent montrer l’exemple, les travaux de réfection énergétique du patrimoine régional seront amplifiés. Des dispositifs de télé-suivi des consommations d’énergie et d’eau seront mis en place dans les établissements d’enseignement. Le Chèque-Energies sera étendu. Au Madrillet, un Pôle Régional d’Excellence Economique sera érigé avec l’ambition d’en faire un bâtiment à énergie positive. Nous lancerons avec les principales agglomérations et communautés de communes l’un des premiers plans régionaux de déploiement de bornes publiques de charge pour les véhicules électriques, pour lequel nous solliciterons l’appui de l’Etat. Nous appuierons le développement de la filière éolienne en accompagnant l’implantation d’Areva et d’autres entreprises sur les quais du Grand Port Maritime du Havre, en finançant la création d’un Centre scientifique d’Expertise et de Valorisation de l’Eolien (CEVEO) et en soutenant la ferme-démonstrateur WIN, en bâtissant avec le Rectorat un programme régional de formation professionnelle fléché sur les besoins du secteur.

Au-delà de l’enjeu local, la transition énergétique appelle une réponse nationale, européenne et internationale. Le Gouvernement s’est engagé à présenter, à l’automne, un projet de loi qui précisera les mesures nécessaires à la mise en œuvre de la transition énergétique en France. Ce projet s’appuiera notamment sur le rapport, rédigé par le Professeur Mourad Boukhalfa dont il faut saluer le travail remarquable, qui résume nos débats et nos propositions.

Au plan européen, il y a également urgence à agir : bâtissons comme le prône Laurent Fabius une ‘Communauté européenne de l’énergie’ en mettant en commun certaines capacités d’approvisionnement, en investissant massivement dans les énergies renouvelables et de grands travaux d’infrastructures, en protégeant et en soutenant la conversion énergétique des industries traditionnelles -en particulier la sidérurgie et le raffinage-, en créant un véritable service public garantissant un droit d’accès à l’énergie à un prix raisonnable, en renforçant la  recherche et l’innovation.

Il faut enfin apporter une réponse internationale. L’énergie est l’affaire de tous les peuples. C’est la raison pour laquelle le Président Hollande s’est rendu au sommet de Rio en juin dernier, vingt ans après François Mitterrand, et a proposé que la France accueille, en 2015, la grande conférence des Nations Unies sur le climat.

Faire de la transition énergétique une contrainte serait une erreur : c’est une opportunité. C’est notre grande ambition pour la Haute-Normandie. Un effort sans précédent est engagé par la Région pour la réaliser, avec l’appui des collectivités partenaires et les forces de la société civile. La meilleure énergie renouvelable, la seule qui s’use si l’on ne s’en sert pas mais croît autant qu’on la mobilise, c’est l’intelligence collective. Cette énergie-là, ne l’économisons pas.

* http://www.hautenormandie.fr/Environnement-Transports/Environnement/La-transition-energetique

 

Nicolas Mayer-Rossignol
Vice-président de la Région pour l’Emploi, l’Economie, les Energies

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

"La Normandie est terre de mesure et d'ouverture, elle n'a rien d'identitaire" Mon intervention en séance plénière
Le par
"Rassembler toutes les forces Normandes" Mon intervention en séance plénière régionale lundi 16 octobre 2017 Monsieur le
Le par

Les derniers contenus multimédias