Grincheux à droite, faiseux à gauche

0 commentaire Le par

J’ai lu dans un entretien à Paris-Normandie que l’archi-cumulard Morin (maire d’Epaignes, président de la Communauté de Communes, conseiller général, député…), célèbre essentiellement pour avoir prétendu assister au débarquement des Alliés alors qu’il est né… en 1961, répand son aigreur en volutes stériles d’inélégantes vacuités. La Haute-Normandie serait selon lui gérée « sans aucune aspiration, aucune énergie ». Ce serait une « gestion pontifiante, sans ambition ni souffle ».

On pourrait rappeler, cruellement mais utilement, que le personnage en question aime tellement la Haute-Normandie qu’il n’a assisté, lorsqu’il était élu régional de 2004 à 2010, qu’à moins de dix séances plénières du Conseil régional sur plus de vingt-cinq. Qu’une fois réélu en 2010, il a préféré démissionner, arguant de ce que cela était (je cite) « au dessus de ses forces »(d’aucuns se souviendront qu’il était à l’époque… Ministre des Forces armées -de forces, il n’en manquait donc pas!). Ou bien que, candidat à l’élection présidentielle en 2012, il a préféré jeter l’éponge alors qu’il plafonnait à… 0% d’intentions de vote.

On peut aussi répondre sur le fond. Comme beaucoup de sarkozystes, le cumulard d’Epaignes confond ambition et mauvaise gestion. N’oublions jamais, comme je l’écrivais récemment, que c’est la droite qui a fait exploser la dette et le déficit de ce pays. Il faut, inlassablement car c’est la vérité, rappeler que la Haute-Normandie, grâce à Alain Le Vern, est l’une des Régions les mieux gérées de France avec une dette de 141 Euros par Haut-Normand. L’ardoise laissée en cinq ans de gouvernement Sarkozy-Fillon et dix ans de droite, c’est plus de 26000 Euros par Haut-Normand. 186 fois plus. Je répète : 186 fois plus. Cela n’autorise pas à donner des leçons de gestion.

Alors oui, nous gardons le cap d’une gestion sérieuse, qui n’est pas l’inverse de l’ambition mais au contraire sa condition, absolument nécessaire! C’est grâce à notre gestion sérieuse que la Région peut dégager, comme en 2013, 340 millions d’Euros de capacité d’investissement par an. C’est grâce à notre gestion sérieuse que nous avons pu remettre à neuf ou remplacer 100% des trains régionaux, financer le grand stade et le tramway au Havre, construire le Pôle Régional des Savoirs et Seine Innopolis à Rouen, soutenir le Festival Normandie Impressionniste et les acteurs locaux de la culture, accompagner les entreprises et en particulier les PME vers l’export et l’innovation, nous battre pour le développement de l’activité dans notre région.

Aucune énergie, la Région ? Le cumulard d’Epaignes ignore sans doute qu’Alain Le Vern a fait de l’énergie la priorité régionale : chèque énergies pour soutenir le pouvoir d’achat des ménages, appel à projets énergies pour accompagner les investissements des entreprises et préparer l’avenir, nouvelle filière industrielle dans l’éolien offshore, nouvelles formations dans les lycées, débat régional sur la transition énergétique…

Dernier exemple -parmi beaucoup d’autres- en date: lundi 13 mai dernier, j’ai voté avec mes collègues de la majorité réunis en commission permanente près de 750 000 euros pour accompagner, dans le cadre de l’appel à projets énergies, la mise en oeuvre de projets de recherche et d’innovation, d’investissement et d’un plan de formation des salariés (tous les détails ici). C’est concret et c’est utile.

Quant au cumulard d’Epaignes, on cherche vainement son projet et ses idées pour la Haute-Normandie. S’en soucie-t-il seulement ?

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Assemblée Plénière de la Région Normandie 15 décembre 2016 Monsieur le Président, Je voudrais commencer en saluant Monsieur le Maire et Président de l'agglomération havraise Édouard PHILIPPE, soulignant
Le par
Monsieur le Président, Monsieur le Président du CESER, Mesdames et messieurs les conseillers régionaux, chers collègues, Je vous ai écouté, Monsieur le Président, avec attention. J’ai noté, comme lors des dernières séances plénières,
Le par

Les derniers contenus multimédias