Pétroplus: solidaires hier, aujourd’hui, demain.

1 commentaire Le par

J’étais ce matin devant le tribunal de commerce de Rouen, avec les Pétroplus. Le Tribunal a rendu son verdict: il a jugé qu’aucune des offres déposées ne présentait les garanties industrielles et financières nécessaires. Comme je l’avais évoqué dans un post le 5 février dernier, ces garanties étaients indispensables pour assurer une reprises durable du site et des emplois. Le Tribunal a jugé qu’elles n’avaient pas été fournies. Comme l’a indiqué l’avocat de l’intersyndicale, Jean-Marie Valentin, « malheureusement, les repreneurs n’ont pas été en mesure de lever les ambiguïtés » de leurs offres.

Depuis seize mois, avec de nombreux élus locaux au premier rang desquels le député Guillaume Bachelay et le Maire de Petit-Couronne Dominique Randon, nous sommes aux cotés, non seulement des salariés de la raffinerie, mais également de ceux de tous les sous-traitants qui vivaient de l’activité de ce site. Je pense à eux, et à Yvon d’abord en ce moment si éprouvant. J’ai salué à de nombreuses reprises, et je l’écris encore aujourd’hui, leur lutte exemplaire et leur sens des responsabilités.

J’entends les critiques vis-à-vis du Gouvernement. La vérité, c’est que ce Gouvernement s’est démené comme aucun autre (ceux qui n’ont pas la mémoire courte se souviendront du tristement mensonger « Pétroplus, c’est réglé », le 25 avril 2012, d’un certain N.S….), avec tous les élus locaux de gauche (et pas seulement socialistes), jusqu’au plus haut niveau de l’Etat, pour permettre une reprise. Il n’y avait qu’une chose que l’Etat ne pouvait pas faire: être sérieux à la place des repreneurs. C’était à eux de faire la démonstration, devant le Tribunal, de leur crédibilité financière (les centaines de millions d’euros d’investissement nécessaires), pétrolière (l’approvisionnement en brut) et industrielle (la capacité à faire fonctionner un tel site). Le Tribunal a jugé que cette démonstration n’avait pas été apportée.

Nous étions solidaires hier. Nous le sommes aujourd’hui. Nous le serons demain. Avec la même énergie. Pour le plan de sauvegarde de l’emploi, qui doit être à la hauteur de la lutte des Pétroplus -exemplaire. Pour la reconversion des salariés; à la Région, nous avons d’ores et déjà annoncé que nous mobiliserons tous les leviers dont nous disposons pour les épauler, notamment dans le domaine de la formation. Pour la revitalisation du site, qui est d’abord un site industriel au coeur de l’axe Seine et qui à ce titre dispose de nombreux atouts. Nous attendons de l’Etat qu’il mobilise tous les moyens nécessaires pour permettre cette revitalisation, avec les collectivités locales. Le Gouvernement s’est déjà engagé en ce sens.

Pour la défense de l’industrie européenne enfin, car au delà du site de Petit-Couronne, le combat des Pétroplus montre la nécessité absolue d’une Europe qui protège ses salariés, ses emplois et ses entreprises. Elle fait cruellement défaut aujourd’hui, construisons-là sans attendre.

Afficher le commentaire

  • je suis vraiment peiné pour eux j'imagine bien ce qu'il se passe dans la tête des gens car l'on pense toujours à notre avenir soyez tous fort il le faut je sais c'est dur ça fait 3 ans que nous passons par ce douloureux problème mais il faut tenir courage jocelyne engagée PS
    par velfre le 17/04/2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Assemblée Plénière de la Région Normandie 15 décembre 2016 Monsieur le Président, Je voudrais commencer en saluant Monsieur le Maire et Président de l'agglomération havraise Édouard PHILIPPE, soulignant
Le par
Monsieur le Président, Monsieur le Président du CESER, Mesdames et messieurs les conseillers régionaux, chers collègues, Je vous ai écouté, Monsieur le Président, avec attention. J’ai noté, comme lors des dernières séances plénières,
Le par

Les derniers contenus multimédias