Le contrat de génération, pour l’embauche des jeunes et l’emploi des séniors

1 commentaire Le par

Près d’un jeune sur quatre en Europe (23,4%) est en recherche d’emploi. En France, c’est 25,5% (et beaucoup plus dans certains quartiers). En Italie, 36%, au Portugal 39%, en Espagne 56%, en Grèce 57%… Dans le même temps, le taux d’emploi des séniors (de 55 à 64 ans) en France est l’un des plus faibles de l’Union européenne, même s’il tend à augmenter: 41,5%, contre 47,4% en moyenne en Europe. Cela aussi, c’est le bilan de dix ans de droite au pouvoir.

C’est pour affronter ce double défi, celui de l’embauche des jeunes et celui de l’emploi des séniors, que François Hollande s’est engagé (engagement numéro 33) à mettre en place les contrats de génération.

Engagement tenu. Depuis le 18 mars derniers, la loi portant création du contrat de génération est en vigueur. Avec les emplois d’avenir, il s’agit du deuxième grand outil de la politique pour l’emploi du Gouvernement. Objectif : 500 000 contrats d’ici 2017 pour embaucher des jeunes et maintenir les seniors dans l’emploi.

Concrètement, le contrat de génération permet aux entreprises de moins de 300 salariés de bénéficier d’une aide financière de l’Etat de 4 000 euros par an, pendant trois ans, dès lors qu’elles embauchent en CDI un salarié de moins de 26 ans tout en conservant un salarié de 57 ans ou plus.

Au-delà du seuil de 50 salariés, l’aide est conditionnée à un accord ou un plan sur la situation des jeunes et des seniors dans l’entreprise. Les grandes entreprises (plus de 300 salariés) n’ont pas droit à cette aide mais doivent négocier avant le 30 septembre 2013 un accord fixant des engagements en faveur des jeunes, des seniors et de la transmission des compétences entre les générations. Faute de quoi, elles s’exposeront à des sanctions financières.

Les entreprises de moins de 300 salariés représentent 99,5% des entreprises françaises et 56% des salariés. L’immense majorité des entreprises françaises sont donc éligibles au dispositif du « contrat de génération ». Utilisons-le ! Le combat pour l’emploi des séniors et l’embauche des jeunes doit mobiliser au delà des clivages partisans. Avec la jeunesse, c’est l’avenir de la France qui est en jeu. Avec les séniors, c’est aussi notre capacité à payer nos retraites qui en dépend. Car dans un système par répartition comme nous le connaissons en France, l’équilibre des comptes sociaux dépend d’abord du nombre d’actifs en capacité de cotiser. Comme nous l’écrivions en 2010 avec Guillaume Bachelay dans notre livre ‘La Gauche après la crise’, le premier enjeu à traiter pour financer les retraites, c’est le chômage.

Photo: Michel Sapin, lors de sa visite à l’entreprise Serdex à Lyon, le 18 février 2013 (ministère du Travail).

Afficher le commentaire

  • Je pense que cette idée est généreuse car elle permet d'associer les deux bouts de la chaine d'expérience dans le travail qui sont en général les plus "abimés" dans les considérations. D'un côté l'espoir de l'ascenseur social, de l'autre une forme de reconnaissance avant la retraite pour ne pas "tomber dans le vide". Une vie au travail doit être respectée et ce type de dispositif peut y contribuer ainsi que les mentalités. Il démontre ainsi que le management peut s'oppérer entre les personnes sans que les systèmes procédurals s'inposent comme c'est souvent le cas. La transmission du savoir-faire est sans doute le meilleur levier pour le jeune qui démarre dans la vie professionnelle.
    par fortin Jean-Michel le 02/04/2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Suite aux inquiétudes concernant la fermeture de plusieurs établissements de formation sanitaire en Normandie, les élus régionaux et parlementaires (Nicolas MAYER-ROSSIGNOL, Benoît ARRIVE, Guy BAILLIART, Laurent BEAUVAIS, Laurence DUMONT, Corinne
Le par
Les Britanniques ont voté. Le résultat est un choc pour l’Europe, c’est aussi un coup porté à l’Union Européenne. Au-delà des
Le par

Les derniers contenus multimédias