Les dessous d’Eve à Elbeuf ! Où comment créer de l’emploi en le partageant…

0 commentaire Le par

J’étais mardi soir à la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Elbeuf pour faire le bilan et tracer les perspectives du projet Elbeuf Valorisation de l’Emploi (EVE).

En présence de nombreux chefs d’entreprises, représentants syndicaux et élus locaux (dont le Maire de Cléon Alain OVIDE et le Vice-président de la CREA Jean-Marie ALINE), nous avons fait le point sur ce projet porté par l’organisme OPCALIA Haute-Normandie ainsi que le groupement d’employeurs EPI Normandie, et soutenu notamment par la Région (32 000 Euros environ) et l’Etat.

Le principe d’EVE est simple: sur un bassin d’emploi tel que celui d’Elbeuf, durement touché par la crise, il n’est pas facile de faire l’adéquation entre les besoins en emplois des entreprises, en particulier les PME,  et les compétences humaines disponibles sur le territoire. Une entreprise seule aura du mal en embaucher. En revanche, si elle est aidée pour définir ses besoins, si on lui permet de se regrouper avec d’autres PME qui ont la même problématique, alors des groupements d’employeurs peuvent se former et de nouveaux emplois peuvent être créés. C’est ce que l’on appelle l’emploi partagé, qui s’appuie, terme barbare, sur la GPECT (Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Territoriale). C’est l’idée de EVE. Et ça marche!

Concrètement:

  • 400 entreprises du territoire elbeuvien ont été sensibilisées;
  • 60 entreprises ont été retenues pour identifier leurs besoins en termes d’emplois et de compétences;
  • Environ 100 projets de recrutement dans 35 entreprises (recrutements immédiats, à 6 mois ou plus d’un an, dont 70% en CDI) ont été mis en évidence, dans des métiers divers: menuisier, commercial, logistique, achat, BTP, comptabilité, qualité, informatique…;
  • 30 offres ont été déposées auprès de Pôle Emploi, et 27 d’entre elles ont été pourvues!

Le travail se poursuit aujourd’hui, avec la définition des postes dans les entreprises qui ont des projets de recrutement non immédiats.

Voilà un exemple de ce que fait la Région pour soutenir l’emploi, concrètement, utilement et dans les territoires qui en ont le plus besoin en Haute-Normandie. Avec un peu d’argent public, beaucoup d’huile de coude et surtout le rassemblement de tous les acteurs, on avance ensemble! Telle est ma conception de l’action publique.

L’emploi partagé est une piste à ne pas négliger dans notre combat de tous les jours contre le chômage. Elle est souvent méconnue. Ce soir, à Elbeuf, j’étais heureux de partager avec les salariés, les patrons de PME, les groupements d’employeurs, les représentants syndicaux, les élus, cette belle conviction que l’union fait la force.

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

"Le Président de Région doit écouter et rassembler tous les Normands; en Normandie, on peut se
Le par
Même s'il faut évidemment rester encore prudent, car le chemin jusqu'à l'activité pérenne et aux emplois durables est encore
Le par

Les derniers contenus multimédias